Q&A sur le coaching

Q&A coaching individuel (source International Coaching Federation):

  • En quoi un coach diffère-t-il d’un consultant? D’un thérapeute? d’un coach sportif? de son meilleur ami? d’un gourou? réponse

Le consultant, en règle générale, diagnostique les problèmes, peut parfois proposer
des solutions qui seront mises en oeuvre soit par le client, soit par le consultant à la demande du client. L’objectif du coach est d’aider son client à améliorer ses capacités, affronter de nouveaux défis, gérer les changements qu’il souhaite mettre en oeuvre et atteindre les objectifs qu’il s’est fixé avec l’aide du coach. Le coach considère que l’individu est capable de produire ses propres stratégies et solutions. Le coach pose les bonnes questions, le client trouve les réponses qui lui conviennent.

Le coaching n’est pas une thérapie. Le coaching est une pratique qui soutient le changement initié par l’individu luimême dans le but de réaliser certains objectifs, liés à un succès personnel ou professionnel.

Le coaching se concentre sur l’action à entreprendre.Le but d’une thérapie est de résoudre des difficultés liées au passé émotionnel de l’individu afin d’affronter les situations actuelles de manière plus saine. Le but du coaching est de créer des stratégies efficaces pour réaliser des objectifs spécifiques dans sa vie personnelle ou professionnelle. Le coaching peut être utilisé parallèlement à un travail de psychothérapie mais il ne saurait s’y substituer. La commission ICF « Life/Personal coaching » s’attache à définir les frontières entre thérapie et coaching. Le coaching peut faire appel à plusieurs principes issus du coaching sportif tels que le travail d’équipe, la réalisation d’objectifs, le fait de « se donner à fond ». Mais les coachs ne travaillent pas sur le concept de compétition. Il s’agit simplement de renforcer les capacités du client. Un coach est un professionnel qui aide son client à changer sa vision et sa manière d’être sur les aspects les plus importants de sa vie personnelle et/ou professionnelle. Son professionnalisme est garanti par le respect des 11 compétences du coach et du code déontologique que chaque membre de l’ICF signe lors de son adhésion.

  • Que se passe-t-il lorsque l’on fait appel à un coach? réponse

Au cours d’un entretien préliminaire, le client choisit son coach. Le coach ICF doit s’assurer :

  • que la personne vient de son plein gré, si le coaching lui a été proposé par sa hiérarchie
  • que la personne accepte de se poser des questions
  • qu’il existe une véritable demande
  • qu’il se sent lui-même en mesure d’accompagner son client potentiel

Après clarification de la demande, un contrat est établi, bipartite si le client est seul demandeur, tripartite s’il existe une demande conjointe du client et de son employeur. Au cours d’une première séance de cadrage de la demande avec le N+1 ou le DRH, sont déterminés les objectifs précis du coaching et les indicateurs de résultat. L’entreprise peut choisir ou non que la personne coachée soit présente. Dans tous les cas la personne coachée devra être en accord avec les objectifs qui lui sont fixés, et si elle n’était pas présente lors de ce rendez-vous, elle devra de son côté donner son accord pour être accompagnée par le coach que l’entreprise lui aura choisi. Les séances suivantes se passent en face à face entre le coach et son client. Les séances sont espacées dans le temps avec un délai en général de 2 à 4 semaines entre chaque. Pour faire le point sur l’état d’avancement de la mission, un entretien avec la hiérarchie peut avoir lieu en milieu de mission sur les premiers progrès observés et éventuellement rectifier la demande et les objectifs. Cet entretien peut avoir lieu ou non en présence de la personne coachée.
Dans tous les cas, le coach s’abstiendra, dans le strict respect de la confidentialité de livrer à la hiérarchie des informations sur le contenu des séances. Un entretien de bouclage a lieu en fin de mission avec le N+1 ou le DRH, pour valider que les
objectifs ont bien été atteints sur la base des indicateurs déterminés en début de coaching, « construire un pont » vers le futur et s’assurer que le client pourra désormais fonctionner de manière autonome. Cet entretien peut avoir lieu en présence ou non de la personne coachée.

  • Les objectifs du travail de coaching sont-ils personnels ou professionnels? réponse

Si les objectifs sont généralement d’ordre professionnel, les enjeux professionnels et personnels sont souvent liés. Le coach travaille donc sur les deux, et sur leur
cohérence.

  • Pourquoi le coaching est-il efficace ? réponse

Le coaching fonctionne pour plusieurs raisons :

  • la relation de partenariat et de confiance entre le coach et son client,
  • la définition claire d’objectifs mesurables et datés,
  • le travail sur les capacités propres du client,
  • la mise en action des décisions prises par le client avec son coach en cours de séance.

Une partie du travail du coach est de s’assurer avant la fin de chaque séance que son client est en accord ses nouveaux choix, qu’il les mettra bien en oeuvre, qu’il testera bien les nouvelles stratégies qu’ils ont décidées ensemble. Où? Quand? Comment? Dans quel but?

  • Faut-il forcément se sentir mal dans sa vie personnelle/professionnelle pour faire appel à un coach? réponse

Un coach est un professionnel qui vous aide à réaliser de nouveaux défis et pas
forcément à résoudre des problèmes. C’est justement quand on va bien qu’on peut en toute sérénité envisager l’avenir ses opportunités et ses menaces. Nombre d’entreprises proposent un coaching à des cadres à fort potentiel, récemment promus, afin de lui donner toutes ses chances de succès, et de lui permettre d’être opérationnel et efficace plus rapidement, en lui permettant entre autres d’identifier clairement ses enjeux, ses priorités, et pour lui éviter de se laisser noyer par ses nouvelles responsabilités.Nombre de comité de direction font appel à du coaching d’équipe et/ou stratégique, justement parce que leur société fonctionne bien et est leader sur le marché. Objectif : identifier les menaces, les opportunités et anticiper l’avenir. Ce travail de vision et de réflexion est moins facile à réaliser en période de crise. La proactivité l’emporte souvent sur la réactivité.

  • Une dépendance peut-elle se créer entre le coach et son client? réponse

Le client peut avoir besoin de faire appel aux conseils et au soutien du coach dans de nouvelles situations mais il ne doit pas s’agir de dépendance émotionnelle ou psychologique. Dans un premier temps le coach peut être mis dans une position de « celui qui sait ». C’est pourquoi le coach professionnel doit être conscient des notions de transfert et contre-transfert, et fait appel à un superviseur. Il relève de la responsabilité du coach que le client soit rapidement clair des rôles et responsabilités de chacun et qu’il ne se mette pas en position de dépendance par rapport à lui. Une atteinte d’un objectif spécifique peut durer quelques semaines ou au plus quelques mois. Pour les postes de dirigeants ou postes à responsabilités complexes, les contrats de coaching seront sur du long terme. Le coach en offrant un espace de réflexion permet au coaché de prendre des décisions plus clairement raisonnées et souvent plus rapides.

  • Certaines personnes peuvent-elles être insensible au coaching ? réponse

Tout le monde n’est pas réceptif au coaching, parce qu’il est de la liberté du client de décider de la pratique qui lui convient. Et toutes les pratiques ne conviennent pas non plus à tout le monde, parce que le coaching n’est pas indiqué pour toutes les problématiques. C’est aussi le rôle du coach de s’assurer que la personne qui vient le rencontrer pour la première fois n’a pas besoin de conseil, d’un accompagnement dans son projet professionnel, ou d’un travail thérapeutique, plutôt que d’un coaching.

  • Comment savoir si le coaching me conviendrait? réponse

Face à cette question, nous recommandons généralement de parler de son projet autour de soi, hiérarchie, DRH, amis, collègues, de rencontrer des gens qui ont déjà bénéficié d’un coaching pour s’informer sur la manière dont ils l’ont vécu et ce qu’ils en ont tiré, et d’aller rencontrer au moins deux coachs.

Le plus important est de choisir une personne avec laquelle vous sentez que vous
pourrez créer facilement un partenariat efficace. Voici quelques questions que vous pouvez poser aux coachs :

  • Quelle est votre expérience dans le coaching (nombre de personnes coachées, années d’expérience, types de situations) ?
  • Quel est votre parcours professionnel antérieur ?
  • Quelle formation spécifique au coaching avez-vous suivie ?
  • Etes-vous certifié ICF ou êtes-vous entré dans le processus de certification ?
  • La formation que vous suivez est-elle accréditée ICF ?
  • Quelle est votre spécialité ?
  • Avec quels types de clients travaillez-vous le plus souvent ?
  • Comment définissez-vous votre approche du coaching ?
  • Comment menez-vous vos séances de coaching ?
  • De quelle durée sont-elles ?
  • A quelle fréquence ?
  • Pouvez-vous me donner quelques exemples d’individus auxquels vous avez
    apporté une réelle valeur ajoutée ?
  • Avez-vous un superviseur ?
  • Quels sont vos tarifs ?

Si vous n’avez jamais été coaché et que vous ne vous sentez pas à l’aise pour choisir un coach, il est parfois recommandé de faire confiance à votre hiérarchie pour vous choisir votre coach. Il a été constaté que parfois par crainte de se tromper on va inconsciemment choisir le coach qui vous fera le moins « bouger ».

  • Comment s’assurer que le partenariat sera efficace? réponse

Discutez de vos objectifs avec le coach afin de déterminer si la spécialité du coach est celle qui vous convient. Parlez avec le coach des actions à entreprendre si jamais vous n’avez toujours pas l’impression que les choses s’améliorent. Essayez de répondre en toute sincérité à ses questions, même si celles-ci peuvent vous déstabiliser. Rappelez-vous enfin que le coaching est un partenariat, et que vous devez communiquer avec le coach.

  • Le coaching peut-il être éprouvant émotionnellement réponse

Le coaching permet au client d’améliorer ses prises de conscience donc son intelligence émotionnelle. Tout apprentissage demande de l’attention, de la concentration et peut amener une légère fatigue. Une meilleure efficacité pour atteindre ses objectifs passe par des prises de conscience de ses propres capacités et des comportements à mettre en oeuvre pour réaliser son potentiel et atteindre ses objectifs. Les adaptations nécessaires vont demander des changements comportementaux. Ces changements peuvent amener un sentiment d’inconfort et le client peut même se sentir déstabilisé. Il s’agira de s’appuyer sur la relation de confiance entre le coach et son client, encourager le dialogue sur cet inconfort et l’utiliser pour encourager les prises de conscience. En résumé, le coach saura amener son client à la limite de sa zone de confort et de sa zone d’inconfort, lui permettra de prendre conscience de ses limites et de ses capacités à les franchir. Ces prises de conscience vont souvent renforcer l’enthousiasme et donner un regain d’énergie.

  • Puis-je faire appel à un coach pour un seul projet, à court terme? réponse

Bien sûr ! Certains clients font appel à un coach pour les aider atteindre un objectif spécifique à court terme. Cependant, la majorité d’entre eux continue à travailler avec leur coach par la suite pour d’autres projets.

  • Pour combien de temps est-ce que je m’engage lorsque je fais appel à un coach? réponse

Généralement, un coaching dure entre 6 et 9 mois. Selon la demande du client, il peut aussi être plus court et deux à trois séances suffisent souvent pour aborder un sujet spécifique. Quoi qu’il en soit les engagements réciproques du coach et du client sont formalisés en début de prestation dans le cadre du contrat de coaching.

  • Comment mesurer le succès d’un coaching? réponse

Le coach et le client fixent ensemble des objectifs clairs, mesurables et datés, qui permettront de mesurer le succès du coaching, sur la base d’indicateurs précis, déterminés en début de coaching.

  • Un coach est-il personnel ou peut-on le partager à plusieurs? réponse

Lorsqu’il accompagne un client dans une démarche individuelle, le coach et son client fonctionnent dans le cadre d’un partenariat fondé sur la confiance et l’engagement réciproque. Il est alors difficilement concevable de « partager » un coach à plusieurs. De même, dans le cadre d’un coaching d’équipe, le coach va accompagner l’équipe et pas chaque membre de l’équipe, même si dans ce cas, l’équipe se « partage » effectivement le coach.

  • Quels sont les avantages de faire appel à un coach ICF? réponse

Le coach ICF s’engage à respecter le code déontologique de l’ICF et à entrer dans un processus de certification dans les deux ans suivant son adhésion. Il existe trois niveaux de certification répondant à des critères précis et rigoureux d’expérience professionnelle et de pratique du coaching. La procédure de certification comporte un examen devant des pairs, au cours duquel est vérifiée la maîtrise des compétences essentielles du coach. La certification constitue la garantie d’une formation approfondie, selon les compétences définies par l’ICF, d’une pratique régulière et efficace du coaching et d’une reconnaissance de la qualité du coach par ses pairs. D’autres questions? N’hésitez pas à utiliser le formulaire de contact, nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

  • Quels sont les compétences reconnues d’un coach ICF? réponse

Etre coach ICF répond à des critères et des exigences spécifiques que le coach se doit de respecter et promouvoir dans le cadre de ses contacts et travaux avec ses partenaires. Le processus d’accréditation de l’International Coach Federation (ICF), notre maison mère, a mis en avant les 11 compétences clés que doit posséder toute personne désireuse de devenir coach. Nous les classons dans 4 catégories : Etablir les fondations de la relation avec le client

  1. Respecter les directives éthiques et les normes professionnelles.
  2. Comprendre les besoins du client et proposer une solution qui répond à ceux-ci. Renforcer la relation avec le client
  3. Construire une relation fondé sur la confiance et le respect.
  4. Communiquer de manière ouverte, souple et rassurante. Communiquer avec le client
  5. Porter une attention particulière à la communication verbale comme non verbale et favoriser l’expression personnelle du client.
  6. Poser des questions pertinentes.
  7. Communiquer de manière directe et indirecte. Apprendre à « apprendre à réussir »
  8. Intégrer et évaluer toutes les sources d’informations et proposer des solutions pour atteindre les objectifs préalablement définis.
  9. Créer avec le client des opportunités d’apprentissage continu pour qu’il agisse dans le sens des résultats souhaités.
  10. Planifier et établir des objectifs avec le client
  11. Centrer son attention sur ce qui est important pour le client et le laisser assumer la responsabilité de ses actions.